FSALE
Lettre ouverte pour une bonne cause: lecture et calligraphie...

Lettre ouverte pour une bonne cause: lecture et calligraphie...

  J’ai toujours souhaité m’entourer d’une belle bibliothèque de livres “Légion” à l’identique de l’adjudant-chef en retraite Clément Ragot qui est parvenu à rassembler une collection de livre traitant de…

Interviews de pensionnaires de l'IILE de Puyloubier

Interviews de pensionnaires de l'IILE de Puyloubier

  J’ai en mémoire, une réelle émotion quand une émission de télévision présentait l’Institution des Invalides de la Légion Etrangère, l’édifice de solidarité légionnaire. Emotion, lorsque des pensionnaires sélectionnés et…

-->

 

Le Hartmannswillerkopf provient du nom du village de Hartmanswiller et de la butte (la tête - kopf) qui le surmonte .Il est rebaptisé Vieil Armand après la première guerre mondiale par les Poilus, par déformation phonologique des Français ne parlant ni l'Alsacien, ni l'Allemand‌. Il est également surnommé "La mangeuse d'hommes" ou " La montagne de la mort".


Du haut de ses 956 m d'altitude, le Vieil-Armand (Hartmann étant l'équivalent d'Armand en français) domine la plaine rhénane, entre les villes de Colmar au nord et de Belfort au sud, avec entre les deux, Mulhouse. Les principaux combats eurent lieu en 1915 faisant près de vingt-cinq mille morts dont une majorité de Français. Le site inclut 45 km de tranchées et sur le champ de bataille se trouvent de nombreux vestiges des combats (tranchées, abris et fortins bétonnés).


Le 3 août 2014, François Hollande, président de la République française et Joachim Gauk, président de la République fédérale d'Allemagne, se rendent au Hartmannswillerskpopf pour célébrer le centenaire de la Grande Guerre. Cette commémoration est qualifiée d'inédite car c'est la première fois que le site du Vieil Armand accueille une commémoration de la Première Guerre mondiale.


Le 23 septembre 2017, les membres de l'amicale des anciens de la Légion étrangère du Bas-Rhin se rendirent sur ce lieu mythique. Une visite guidée de plus de deux heures fut indispensable afin d'y découvrir une partie de ces vestiges. Après un recueillement dans la crypte accompagnée d'un chant religieux, très émouvant, interprété par monsieur Georges Schaeffer, nous nous sommes retrouvés à l'auberge du Molkenrain, pour y partager un repas "Marcaire", tradition haut-rhinoise, de la transhumance. Devoir de mémoire s'impose !

Enregistrer

amoilalegion.png

Qui est en ligne TPL_ALTCOLLAPSE

Nous avons 251 invités et aucun membre en ligne