FSALE
CAMERONE à VICHY: Amicales 03 - 63 et 42

CAMERONE à VICHY: Amicales 03 - 63 et 42

  Nous avions le souci comme toute Amicale d’Anciens légionnaires, digne de ce nom, de commémorer Camerone, un des rendez-vous incontournables de l’année.   Cette année, les trois Amicales de…

Inauguration du monument aux Morts le 30 avril 1931

Inauguration du monument aux Morts le 30 avril 1931

  EPHEMERIDE           LE  CENTENAIRE  DE  CAMERONE     L’INAUGURATION DU MONUMENT AUX MORTS   SOURCE : Le Progrès de Bel-Abbés du mardi 28 avril 1931.

Interviews de pensionnaires de l'IILE de Puyloubier

Interviews de pensionnaires de l'IILE de Puyloubier

  J’ai en mémoire, une réelle émotion quand une émission de télévision présentait l’Institution des Invalides de la Légion Etrangère, l’édifice de solidarité légionnaire. Emotion, lorsque des pensionnaires sélectionnés et…

-->

Il y a quelques jours, le 29 avril, on célébrait les morts en Indochine. L’historien local Francis Bohée nous apprend que le légionnaire wattrelosien Roger D’Hulst faisait partie des victimes.

La guerre d’Indochine (1946-1954) est sans doute le conflit dont on parle le moins. Elle a pourtant fait des milliers de victimes, dont 22 000 rien que pour la bataille de Diên Biên Phu, le 7 mai 1954. On fêtera le 21 juillet prochain le 60e anniversaire de la fin de cette guerre sanglante et c’est à cette occasion que Francis Bohée, historien local, nous ouvre ses archives et nous raconte l’histoire du légionnaire wattrelosien, Roger D’Hulst, connu civilement à Wattrelos comme Roger Six.

«  Il trouve la mort le 13 mai 1954 à Phu-Ly dans le Nord du Vietnam, au cours d’une opération militaire. Trois mois plus tôt, il avait écrit à son oncle et sa tante pour leur donner de ses nouvelles. Ce sont eux qui m’ont contacté pour me parler de lui et me confier la lettre qu’ils avaient reçue. Ils souhaitaient que j’évoque son souvenir au moment opportun. Je pense que ce moment est venu  », confie Francis Bohée.

Dans ce courrier devenu une archive historique, Roger D’Hulst commence par s’inquiéter, en bon Wattrelosien, de la santé des pigeons de son oncle Georges. Il décrit ensuite la vie au Tonkin, les difficultés des opérations militaires, dans l’eau et la boue toute la journée, auxquelles il ajoute la température ambiante : «  Il fait une chaleur du diable  », écrit le Wattrelosien. Le froid, la nuit, la fatigue si forte qu’il ne trouve pas le sommeil semblent aussi être le quotidien des légionnaires, qui dorment même à même le sol dans l’humidité. «  Le Tonkin est un drôle de pays, fait de montagnes, d’eau et de boue et surtout rempli de Viêts-Minhs  », décrit encore Roger D’Hulst dans sa lettre.

À la fin de son engagement qui devait durer cinq ans, le wattrelosien a prévu de revenir à Wattrelos : «  Il n’en aura malheureusement pas l’occasion, précise Francis Bohée. Il trouve la mort dans une opération militaire, 6 jours après la perte de la cuvette de Diên Biên Phu et quelques semaines avant la fin du conflit.  »

C’est en 1966, le samedi 17 septembre, que ses funérailles ont été célébrées à l’église Saint-Maclou. Son corps repose au cimetière du centre, dans le carré militaire.

SOURCE : NORD ECLAIR

amoilalegion.png

Qui est en ligne TPL_ALTCOLLAPSE

Nous avons 177 invités et aucun membre en ligne