FSALE
Médaille de la FSALE: Session de Noël 2017

Médaille de la FSALE: Session de Noël 2017

Médaille de la FSALE Distinction honorifique spécifique à la FSALE, la « Médaille de la Fédération » est destinée à récompenser les personnes vivantes qui, par leur dévouement, leur activité, leur compétence ou…

Un légionnaire hors normes

Un légionnaire hors normes

Peintre, espion du Tsar, légionnaire au front, puis interprète et brancardier. PREAMBULE : Alexandre Zinaview, de son vrai nom Petrovitch Zolarenko, est né en Russie en 1889.au sein de la bourgeoisie…

peintre inconnu

peintre inconnu

Coïncidence: Je venais de mettre en ligne cet article un "peintre inconnu" que le major (er) Midy me proposait celui concernant un autre peintre: Zinoview. Coïncidence, le hasard des choses…

-->

Patrice Valantin, patron de Dervenn, à Mouazé, en a fait son cheval de bataille depuis plusieurs années déjà. Pour cet ancien légionnaire devenu ange gardien de la nature, la préservation de l'environnement ne peut se faire sans l'aide des entreprises.

En ce mois d'avril1966, le monde a, sans le savoir, donné naissance à un ange gardien. Cela fait maintenant plusieurs années que Patrice Valantin est convaincu du danger que court notre planète, et compte bien agir pour la préserver. La biodiversité, pour lui, est essentielle. «Tout le monde a déjà été alerté sur le réchauffement climatique. Ce qui est perdu ne se rattrapera pas. Mais il nous faut nous adapter, remonter ses manches et éviter les conséquences néfastes sur l'écosystème», insiste Patrice Valantin. Par son travail et son obstination, il agit. Car cet homme-là n'est pas du genre à rester les bras croisés. Et son action devrait, cette année, prendre des proportions beaucoup plus importantes. L'ONU a en effet déclaré 2010 l'année mondiale de la biodiversité. Une formidable opportunité pour Patrice Valantin d'alerter le public sur la nécessité de préserver la nature et son écosystème.

Des ministères à Copenhague
Pour cela, il n'arrête pas! De Paris à Copenhague, il frappe aux portes des ministères, à la rencontre de qui pourra l'aider à faire de la sauvegarde de la biodiversité l'enjeu de demain. «Lors de la conférence de Copenhague, c'était le marasme sur place. Le point positif, c'est que tous les chefs d'Etats étaient réunis autour pour dire qu'il y a un problème, et qu'il faut agir. La prise de conscience est tardive, mais quelque chose s'est passé, on a lancé une dynamique. Toutefois, nous avons décidé de faire bouger les choses nous-mêmes, car on ne peut pas compter sur les Etats». «La Bretagne va sauver le monde!», s'amuse même cet ancien légionnaire qui n'a pas froid aux yeux et une volonté de fer. Issu d'une famille de militaires - son grand-père était déjà dans l'armée - Patrice Valantin est d'abord passé, gamin, par la case ?antimilitariste ?, avant de vouloir s'engager dans la légion étrangère. Rattrapé par la tradition familiale, le ?boy-scout? fait Saint-Cyr, puis part en Bosnie. «J'y ai fait trois séjours, résume-t-il. Mais j'ai raté l'Afrique. C'est là-bas que je voulais mettre en oeuvre mon métier».

Il frôle la mort à Sarajevo
En fait, c'est à Sarajevo qu'il atterrit. Et qu'il manque de mourir dans une explosion, pendant le siège de la ville... «J'aurais dû y rester, mais j'avais un ange gardien...», se souvient le militaire, qui se met alors à penser à «la futilité de la construction humaine. C'est dans ces moments-là que l'on voit où est l'essentiel. Dans l'amour de ses proches, ajoute encore ce papa de six enfants. Voir une ville dans le chaos absolu fait aussi réfléchir à la fragilité de notre civilisation. Mais après la guerre, les gens se sont relevés, regroupant toutes les bonnes volontés, pour reconstruire».

«Apporter sa pierre»
De ce pan de vie militaire, Patrice Valantin a gardé une «expérience humaine et sociale unique au monde. C'est la légion qui m'a plus apporté que l'armée en elle-même. On engage des gens qui n'ont pas de relations entre eux, ils ont un passé de blessés par la vie, parfois de voyous. On les met ensemble pour se battre pour la France. En théorie, c'est quelque chose d'impossible, mais ça fonctionne, pour la grandeur du service humain. La tolérance et l'entraide sont extraordinaires». Ce travail en commun pour une même cause, Patrice Valantin l'applique aujourd'hui chez Dervenn, son entreprise de génie écologique créée en 2002. «Ce qui est important, c'est d'apporter sa pierre».

Le chêne prend racine
Quand il a préparé sa reconversion, après sa carrière de militaire, il voulait certes gagner sa vie, mais aussi utiliser des valeurs humaines. Dervenn (?le chêne? en breton), a été lancée dans le but de préserver la biodiversité, en créant et restaurant des zones de vie pour les populations végétales et animales afin d'enrayer la dégradation de l'écosystème. C'est donc aussi un projet social. Sous son chêne à lui, Patrice Valantin essaie de rendre aujourd'hui justice à la nature.

«Le génie écologique pourrait créer 30.000 emplois en 12 ans»

Patrice Valantin a mis en place un outil pour aider les entreprises à compenser


Pensez-vous que les mentalités changent sur la biodiversité?


Tout le monde s'en fout de la nature! On s'y intéresse, mais de là à y mettre de l'argent. C'est ça qui est très difficile. Nous avons notamment un énorme manque de soutien des collectivités, et j'en souffre! Il y a bien un débat sur l'environnement, le réchauffement climatique, mais personne ne parle de la biodiversité! Alors qu'en revégétalisant, on peut tempérer ce réchauffement.


Comment alors faire quelque chose?


Il faut miser sur la biodiversité comme sur une assurance-vie. On est en situation de crise, et on a un combat à gagner. Chez Dervenn, nous avons des connaissances pratiques, nous devons maintenant créer des outils, et être offensifs. Aujourd'hui, le marché doit être orienté pour être compatible avec l'écosystème. Il nous faut donc toucher les particuliers et les entreprises, qui agiront alors pour régler les problèmes de la biosphère.


Comment une entreprise peut-elle agir pour l'écosystème?


C'est le principe du programme que nous avons mis en place, le Fipan. Il faut savoir que 40% de l'économie repose sur la nature, d'après une étude du TEEB (The Economics of Ecosystems and Biodiversity). Les services fournis par les écosystèmes représentent deux fois le PNB mondial! Ce qu'il faut préserver, c'est donc notre modèle économique. Il faut le convertir, car ce n'est pas la vie qui risque de disparaître mais les entreprises!


Que pensez-vous vraiment de la taxe Carbone?

Avant, j'étais très frileux sur la compensation. Mais j'ai changé d'avis, car je me dis qu'on va trouver des solutions. Avec l'Union professionnelle du génie écologique, nous allons mettre en place une offre pour permettre aux entreprises de compenser, pour ne pas bloquer leurs projets. À Copenhague, nous avons proposé un référentiel Biodiversité et Entreprise . Cet outil entre dans la démarche de responsabilité sociale de l'entreprise. Il faut lui permettre d'atténuer ses impacts sur l'environnement.


Où en est aujourd'hui votre projet, le Fipan, visant les entreprises?


Cela va moins vite qu'on le souhaiterait. Nous avons créé une association pour vendre des actions à des entreprises sur la réhabilitation d'espaces de vie. Mais nous ne voulons pas faire de business sur la biodiversité. Cela permet au souscripteur de témoigner de son attachement à ce patrimoine et peut communiquer sur ces valeurs. Pour alerter plus encore les entreprises, nous avons mis en place une formation entreprise et biodiversité.

Il y a un vide en matière de formation autour de la biodiversité?


Totalement! C'est pour cela que nous avons créé une Union professionnelle du génie écologique pour développer notre métier. La commission de l'Afnor doit aussi le normaliser. Si on n'encadre pas ce nouveau métier, le génie écologique ne sera pas un service de qualité. Le but est que les gens aient confiance, et d'accélérer l'arrivée de la concurrence. Je parie même sur la création de 30.000 emplois dans les douze ans à venir. Pour cela, nous allons mettre en place une formation professionnelle au génie écologique, soutenue par l'État et qui se déroulera par sessions de deux mois. Pour l'encadrement, nous avons déjà recruté d'anciens militaires. Nous attendons plus que les financements.

Source : LE JOURNAL DES ENTREPRISES

IMAGE
Décès de l'adjudant-chef (er) Tibor Szecsko
samedi 9 décembre 2017
Adc (er) Tibor Szecsko au musée de la Légion   Nous apprenons le décès de l'adjudant-chef (er) Tibor Szecsko, ancien conservateur du musée de...
IMAGE
Médaille de la FSALE: Session de Noël 2017
vendredi 8 décembre 2017
Médaille de la FSALE Distinction honorifique spécifique à la FSALE, la « Médaille de la Fédération » est destinée à récompenser les...
IMAGE
Maison du légionnaire: Décès de François Fernandez
jeudi 7 décembre 2017
Le Lieutenant-colonel (er) Zlatko Sabljic, les pensionnaires de la Maison du Légionnaire ont le regret de vous faire part du décès de l'ex...
IMAGE
Un légionnaire hors normes
jeudi 7 décembre 2017
Peintre, espion du Tsar, légionnaire au front, puis interprète et brancardier. PREAMBULE : Alexandre Zinaview, de son vrai nom Petrovitch...
IMAGE
peintre inconnu
jeudi 7 décembre 2017
Coïncidence: Je venais de mettre en ligne cet article un "peintre inconnu" que le major (er) Midy me proposait celui concernant un autre peintre:...
IMAGE
Remise des Fourragères et insignes régimentaires au 1er REC
mardi 5 décembre 2017
Régiment de traditions s’il en est, le 1er Régiment Etranger de Cavalerie se regroupait le lundi 5 décembre pour une émouvante cérémonie de...
IMAGE
AALE Aubagne: Décès de l'adjudant-chef Karel ARABASZ
dimanche 3 décembre 2017
Le président le capitaine (er) José Gil et les membres de l’Amicale des Anciens de la Légion Etrangère d’Aubagne et sa région ont le regret...
IMAGE
AALE du Gers: Décès du colonel (er) Michel CAILLEBAR
samedi 2 décembre 2017
Colonel (er) Michel Caillebar   L'adjudant-chef (er) Ivan Baus, président  et les membres de l'Amicale des Anciens de la Légion Etrangère du...
IMAGE
Mot de la COM
vendredi 1 décembre 2017
Prenez le temps de cliquer sur les rubriques proposées en haut de la page d’accueil du site de la FSALE; vous constaterez qu’une mise à jour...
IMAGE
Hommage aux bénévoles avant Noël
mercredi 29 novembre 2017
Nous souhaitons rendre hommage à tous les bénévoles sans lesquels l’image de notre communauté d'anciens légionnaires n’aurait pas les mêmes...
IMAGE
La fête des voisins...
lundi 27 novembre 2017
Le dimanche 26 novembre en petit comité restreint, l’AAMLE invitait à Auriol, en son siège social, une délégation de l’Amicale voisine...
IMAGE
Assemblée Générale de l'Amicale de l'Allier (03)
lundi 27 novembre 2017
Le président de l’Amicale de l’Allier, Thierry Lecomte et ses membres ont voulu une indispensable mise au point après les regrettables...
IMAGE
Les premiers combats de la Légion étrangère en Algérie - 1932
samedi 25 novembre 2017
Histoire : Les premiers combats de la Légion Etrangère en Algérie – 1832.   1er janvier 1832 : les 1er, 2e, 3e et 5e Bataillons de la Légion...
IMAGE
Sainte Geneviève avec l'AALE d'Aubagne et sa région
samedi 25 novembre 2017
  En tout bien, tout honneur, il est toujours intéressant et agréable de savoir s’entourer dune bonne compagnie… Et de plus, quand une...
IMAGE
Le code d'honneur et la prière de l'ancien légionnaire
vendredi 24 novembre 2017
Pour mémoire: Deux anciens légionnaires, un venant de Puyloubier hébergé à l'hôpital Laveran de Marseille et un autre à Auriol dans sa propre...
IMAGE
Décès de l'ancien légionnaire André Messarot - mle 48 449
jeudi 23 novembre 2017
André Messarot alias Andràs Meszaro Mle: 48 449    Le colonel (er) Pierre Brière, président, et les membres de l’AALE de la Côte-d’Or (...
IMAGE
Journée du 12ème anniversaire de la création de l'ALOC
jeudi 23 novembre 2017
L'Amicale des Légionnaires d'origine coréenne (ALOC) à la fête !   Au bar, au cours du pot, deux musiciens amateurs offraient un concert de...
IMAGE
la BD et la Légion
mercredi 22 novembre 2017
 Bientôt, reprise des aventures de Cabé dans "Képi Blanc".  
IMAGE
Gloire à la Légion par le major (er) Hubert Midy (Suite 8 et fin)
mardi 21 novembre 2017
    BATAILLE D’EL ALAMEIN (1942) : Lieutenant-colonel AMILAKVARI : « Nous étrangers, nous n’avons qu’une seule façon de prouver à la...
IMAGE
Gloire à la Légion par le major (er) Hubert Midy (suite 7)
lundi 20 novembre 2017
Le 14 avril 1908, la 3éme compagnie montée du 1er Régiment Etranger atteint dans la palmeraie de Bou Denib, le Ksar, foyer de la résistance....
IMAGE
le "Beaujolais-nouveau" est arrivé à l'Amicale d'Aubagne
dimanche 19 novembre 2017
Ce n’est pas le fait d’avoir une capacité d‘accueil restreint au sein de leur siège social rénové qui pourrait empêcher une trentaine de...
IMAGE
La lettre du BARLE n°15 Novembre 2017
samedi 18 novembre 2017
IMAGE
CA de la FSALE au Fort de Nogent 16 novembre 2017
vendredi 17 novembre 2017
  Le C.A. de la FSALE s’est réuni au fort de Nogent le jeudi 16 novembre à 9h30. A cette occasion, il avait été décidé une organisation...
IMAGE
Gloire à la Légion par le major (er) Hubert Midy ( suite 4 )
vendredi 17 novembre 2017
CORPS EXPEDITIONNAIRE AU TONKIN (1884) :   Général De NEGRIER (1884) : « Vous autres, légionnaires, vous êtes soldats pour mourir et je vous...
IMAGE
Décès de l'ancien adjudant-chef Voltos Di Rado à Allauch
vendredi 17 novembre 2017
  Le capitaine (er) José GIL, président, et les membres de l'amicale des anciens de la Légion étrangère d'Aubagne et sa région ont le regret...
IMAGE
Mémoire: "Pourquoi écrire"... Témoignage
jeudi 16 novembre 2017
Je me reporte à Djibouti, en plein pays Afar. Alors que nous marchions sur les pistes caillouteuses du parc national de la forêt du Day, dans les...

amoilalegion.png

Qui est en ligne TPL_ALTCOLLAPSE

Nous avons 133 invités et aucun membre en ligne