FSALE
Centenaire de l'Amicale de Genève: 20 mars 2018

Centenaire de l'Amicale de Genève: 20 mars 2018

En 2015, Antonio Da Silva Manteigas, ancien du 2ème REP ayant participé à l’opération “Bonite” à Kolwezi, prend la présidence de l’Amicale des Anciens de la Légion Etrangère de Genève:…

Histoire 14/18: LcL (er) Antoine Marquet: "Le Christ des tranchées""

Histoire 14/18: LcL (er) Antoine Marquet: "Le Christ des tranchées""

"Le Christ des tranchées"                                                                           La participation portugaise à la première guerre mondiale est rarement évoquée. Les causes de cet engagement sont diverses et assez mal connues. L’assassinat du roi…

AG de l'Amicale des Anciens de la Légion étrangère du Val d'Oise

AG de l'Amicale des Anciens de la Légion étrangère du Val d'Oise

Le dimanche 04 février 2018 s’est déroulée l’Assemblée Générale de l’Amicale des Anciens de la Légion Etrangère du Val d’Oise, dans la salle d’honneur de la Mairie de Villiers Adam…

Assemblée Générale de l'AALE 35

Assemblée Générale de l'AALE 35

C’est par une très belle journée ensoleillée et en présence du général Mariotti, représentant du grand Ouest pour la FSALE, que l’AALE 35 a tenu son assemblée générale comme tous…

-->

 

Enfant, fasciné par les orages, il dessinait des éclairs.

Toute sa vie, Hans Hartung (1904-1989) cultivera le goût des lignes brisées, des formes véhémentes. Continuité de ses passions enfantines ou plutôt urgence de créer face à un monde dangereux ?

Cet ouvrage et l’exposition qui l’accompagne à Aubagne (jusqu’au 28 août 2016) posent l’intéressante question de la mort comme force motrice. Hartung l’a connue de près : en tant qu’Allemand vivant en France, il est parqué au stade de Colombes en 1939 puis, pour recouvrer une forme de liberté et matérialiser son opposition au fascisme, s’engage dans la Légion étrangère.

Stationné à Sidi Bel-Abbès, il participe au Débarquement puis perd une jambe dans les combats de Belfort, à la fin de la guerre.

Faisant partie de la cohorte des artistes amputés (voir aussi Josef Sudek ci-dessus), sa création, comme celle de Pierre Mac Orlan, Cendrars, Ernst Jünger ou même Cole Porter, ne peut faire abstraction de cette période de légionnaire.

Elle sert ici de fil conducteur dans une œuvre qui a couvert tout le siècle, de son premier dessin signé de 1914 à son ultime œuvre - au pistolet - de novembre 1989.


Hans Hartung, peintre et légionnaire, Gallimard/Fondation Hartung-Bergman, 2016, 160 p., 29 €.

Achetez cet ouvrage chez Amazon

amoilalegion.png

Qui est en ligne TPL_ALTCOLLAPSE

Nous avons 351 invités et aucun membre en ligne