FSALE

Décès de l’adjudant-chef (er) Jean-Marie Filippini

 

 

“La restauration collective est à ne point douter pour les gérants de notre alimentation une des missions les plus ingrates et nous ne pouvons imaginer que très succinctement l’emprise que prend cette fonction sur l’emploi du temps de ces “chargés de missions”.

Il est dit qu’entre la travail, les loisirs et la Famille, il ne faut absolument pas que l’un prenne trop la place sur l’autre, l’idéal étant d’accorder le même temps à chacun.

Pour ce qui est de la “restauration collective”, aucun doute n’est possible, le travail prend la plupart du temps. J’ai à ce sujet, toujours été admiratif en observant vivre les meilleurs que j’ai connu et qui réussissaient dans cette mission délicate et indispensable au service de l’alimentation. En dehors de leur “savoir-faire” indiscutable et indispensable dans bien des domaines, ils ne pouvaient avoir de vie parallèle…

Pour eux, l’efficacité, consiste à s’investir totalement dans la mission, ce qui à le pouvoir de déteindre sur la vie de famille et des loisirs qui sont, quelque peu, délaissés.

Cet hommage rendu aux “patrons” de nos mess revient tout naturellement au moment où l’adjudant-chef (er) Jean-Marie Filippini vient de décéder. “Monsieur Filippini” comme l’interpellaient tous ceux qui bénéficiaient de ses services exceptionnels, “Monsieur Filippini” en dehors de ne jamais ménager, ni son temps, ni sa peine, se présentait comme l’un des meilleurs, sinon le meilleur, de cette catégorie particulière de gérant de mess. Il avait le don d’agrémenter au mieux l’organisation d’un cercle-mess au point d’en faire une affaire personnelle et son orgueil légitime, pouvait être démesuré, à la hauteur du défit qu’il s’imposait sans cesse. Il faisait partie de ces magiciens qui transforment notre quotidien et qui influence considérablement notre moral.

Serviteur au delà du raisonnable, au moment de prendre une retraite bienvenue, il avait fait le choix de rendre, encore, le service inestimable de prendre la présidence de l’amicale des Anciens légionnaires du pays d’Aix et de la Sainte-Baume; la plus proche de notre solidarité légionnaire, celle de Puyloubier, marquant ainsi son attachement à l’Institution des Invalides de la Légion Etrangère.

Un grand merci, mon adjudant-chef, reposez en paix, vous ne quitterez pas de sitôt notre mémoire des vivants qui voit avec votre départ un des meilleurs serviteurs de notre communauté légionnaire nous quitter pour un autre horizon. Comme un navire qui part au delà de la ligne d’horizon et qui finit par disparaître de nos yeux, nous ne le voyons plus, mais nous savons que d’autres le regardent venir vers eux.

A Dieu, mon Adjudant-chef.

CM