FSALE

 

« Les journées de la fin du mois d’avril 1918 ont été particulièrement éprouvantes et meurtrières pour le RMLE. Si le RMLE s’est couvert de gloire, notamment au bois de Hangard et dans la zone de Cachy, il a payé un lourd  tribut : 120 tués, dont 6 officiers- 497 blessés, dont 7 officiers-120 disparus, dont 1 officier. Soit 750 cadres et légionnaires hors de combat.

 

Le RMLE avait besoin de repos, soigner ses blessés, et reconstituer armement et matériel. Pour ce faire, il a été transporté vers l’arrière :

                  -Le PC à Nanteuil le Haudouin-(Oise-60))-

                  -Le 1er bataillon à Rozières( Rozières- 02)-

                  -Le 2éme bataillon à Fresnois le Luat( Oise-60))

                  -Le 3éme bataillon à Versigny (Versigny-02))-

Du 12 mai au 27 mai, les journées sont consacrées à l’instruction et au repos bien mérité. Des renforts ont été acheminés vers les 3 bataillons. Pour mémoire, ces renforts proviennent en partie des 2 Régiments étrangers en Algérie, qui doivent aussi fournir les Bataillons Formant Corps(BFC), qui combattent au Maroc, et au Tonkin.

Le 28 mai, des camions emmènent le RMLE vers une destination inconnue.                                                                

                                   NOUVEL  ORDRE  DE  BATAILLE  DU  RMLE  ET  EFFECTIF

                           ETAT-MAJOR :

   Lieutenant-colonel ROLLET, Chef de Corps

    FAUQUE, médecin-major de 2éme classe

COLNOT, capitaine adjoint   

CHATELAIN,  lieutenant, officier-payeur

BUGNAZET, lieutenant, officier d’approvisionnement 

FAVRE, lieutenant, officier de renseignement-

ULRICH, lieutenant, porte-drapeau 

LAMARE, lieutenant, canons de 37, stokes

MADER, sous-lieutenant, officier pionnier 

HOMERE, sous-lieutenant, officier téléphoniste-

BASPEYRAS, pharmacien aide-major de 2éme classe      

Compagnie hors-rang, 183-

1er BATAILLON :

HUSSON DE CHAMPINY, commandant, chef du bataillon  

                                                     BUISSON, médecin aide-major de 1ére classe                                                         

                          

                   1ére Compagnie :                                                                         2éme Compagnie :

          COURVOISIER, capitaine                                                                 RIBOVILLE, capitaine

           PERSONNE, lieutenant                                                                    LUSTICH, capitaine

BACHE, sous-lieutenant                                                                   MARTINEZ, lieutenan

CLAVEL, sous-lieutenant                                                                  NEROLLI, sous-lieutenan

3éme Compagnie :                                                            1ére compagnie de mitrailleuses :

TRIRLYNCK, capitaine                                                                       NAZARE AGA, capitaine

PERRIN, lieutenant                                                                            ANDRITZKY, lieutenant

ZICGAS, sous-lieutenant                                                                    DAUPHIN, lieutenant

CHAMBRE, sous-lieutenant

                  Effectif sous-officiers et légionnaires du bataillon : 590-

2éme BATAILLON :

LANNURIEN, capitaine, chef de bataillon.

                5éme Compagnie :                                                                    6éme Compagnie :

          YOVITCHEVITCH, capitaine                                                           GLASSON, capitaine

           DELEYA, lieutenant                                                                        GAZADE, lieutenant

METZGER, sous-lieutenant                                                            AUBURGE, sous-lieute

LOOS, sous-lieutenant                                                                   COGGIA, sous-lieutenan

7éme Compagnie :                                                             2éme Compagnie de mitrailleuses :

DOXAT, lieutenant                                                                               VEIBER, capitaine                                            

POUL, lieutenant                                                                                VOVIOKHOFF, lieutenant

SANTALLA, sous-lieutenant                                                              MAULINI, sous-lieutenant

LANOT, JOLY, sous-lieutenants

                  Effectif sous-officiers et légionnaires du bataillon : 620

3éme BATAILLON

MARSEILLE, commandant, chef de bataillon.

       9éme Compagnie :                                                                       10éme Compagnie :

LOKHOVSKOI, capitaine-                                                                  DESAUNAY, capitaine-

GARRIGUES, lieutenant-                                                                   DARTHENAY, lieutenant-

FONTAINE, sous-lieutenant-                                                              BLANCK, sous-lieutenant-

MAURUS, sous-lieutenant-                                                                HENRY, sous-lieutenant-

       11éme Compagnie :                                                         3éme Compagnie de mitrailleuses :

BENOISTON, capitaine-                                                                      ARBAUD, capitaine-     

GUILLERMAIN, sous-lieutenant-                                                        THEVENON, lieutenant-

REBUT, sous-lieutenant-                                                                     CHATEL, lieutenant-

JOLY, sous-lieutenant-

                  Effectifs sous-officiers et légionnaires du bataillon : 610-

                  Effectifs total du RMLE : 56 officiers et 2003 sous-officiers et légionnaires                         

Le 29 mai :

Le RMLE est transporté en camions dans la région de Saconin et Breuil (02), en arc de cercle face à Soissons.

MISSION : Empêcher coûte que coûte la menace de l’ennemi qui tente de déboucher de Soissons.

En effet, le 29 mai Soissons est tombé aux mains des Allemands. En entrant à Fère en Tardenois, les Allemands ont failli s’emparer de CLEMENCEAU. L’offensive allemande est contenue à l’Est, sur la montagne de Reims, et à l’Ouest sur les plateaux du Soissonnais, où se trouve le RMLE.

L’infanterie allemande attaque comme toujours par infiltration, en liaison intime avec l’aviation. Les avions volent très bas et mitraillent nos troupes au sol, dont le RMLE. Les avions allemands sont pour la plupart blindés, et nos balles de fusils sont sans effets. Il n’y a pas de dépôt de munitions dans le secteur où évolue la 1ére Brigade. Il est recommandé aux hommes, et notamment aux mitrailleurs de ménager les munitions.

                  18 heures 45 : le 3éme bataillon reçoit l’ordre d’empêcher le passage de la rivière la Crise, à hauteur de Vauxbuin.

                  21 heures : une forte infiltration allemande est signalée sur la route de Soissons à Paris.

Le 30 mai :

-0 heures 45 : Un trou s’est produit à gauche du dispositif, tenu par le 3éme BCP. Les boches ont réussi à s’infiltrer le long de la voie ferrée.

-9 heures : De grosses masses allemandes sortent de Soissons par le boulevard Christophe, la route de Villers Cotterets et le faubourg de Crise. L’artillerie ennemie tire sur le front de la Légion qui est au centre du dispositif. Les compagnies de 1ére ligne résistent vigoureusement, et le manque de munitions se fait ressentir. Les compagnies se replient sur la ligne de résistance, mais la 2éme compagnie du capitaine RIBOVILLE, encerclée dans Vauxbuin, se dégage héroïquement à la baïonnette.

11 heures : Le RMLE contient l’ennemi sur la ligne de résistance.

11 heures 30 : Le 3 BCP se replie dans la direction de Vaux. La liaison et rompue. Le 3éme bataillon reçoit l’ordre de se placer à la place du 3 BCP. La liaison est rétablie.

De 13 heures à 18 heures, l’ennemi continue à attaquer très violemment sur le front du RMLE, mais sans pouvoir avancer. Les munitions arrivent enfin, presque sur la ligne de front. Le RMLE est réapprovisionné. Les Boches, même en nombre, ne passeront pas devant la Légion. Le RMLE, étalé sur un front de 5 kms,  réussit à bloquer l’avance allemande.

Avec le 3éme  et le 10éme BCP, le RMLE va tenir 6 jours et 6 nuits, sans remparts, sans aviation, sans artillerie lourde, face à une armée allemande bien supérieure en nombre et en matériel, disposant d’artillerie lourde et d’aviation.

Le RMLE perdra 47 tués, 219 blessés et 70 disparus.

                  Parmi eux :

-Chef de bataillon GERMANN René- (France), Médecin MARGUISSON Simon (Russie), Lieutenant DELEYE (France).

-Adjudant CARRELET Lucien (France), Sergents CARASSO Darius (Turquie), NICHOLS Alan (Etats-Unis), KOUBECK Rodolphe (Autriche).

-Caporaux BATTAGLINI Philippe (France), KLEER Martin (Luxembourg), ROTH Guillaume (Allemagne).

-Légionnaires AUFIERO Pascal (Italie), AUGSBURGER Valentin (Suisse), PANAYOTIS Markou (Grèce), MITROFANOFF Grégoire (Russie).

SOURCES : JMO du RMLE

 

 Major (er) Hubert MIDY

En charge de la mémoire/FSALE

                                                                                                         

 

 

amoilalegion.png

Qui est en ligne TPL_ALTCOLLAPSE

Nous avons 176 invités et aucun membre en ligne